Le parrainage

POURQUOI PARRAINER ?
Nombreux sont les enfants qui, pour des raisons diverses,ne peuvent vivre et s’épanouir dans leur famille. Lorsqu’ils vivent en institutions, beaucoup ont gardé des liens étroits avec elle et retournent régulièrement chez eux; d’autres attendent en vain courriers, visites, sorties.
Certains, particulièrement éprouvés dans leur passé, n’ont pu demeurer dans une structure familiale, d’autres sont malades ou handicapés et ont été confiés à des établissements spécialisés ou sanitaires.
Pour ces enfants en rupture de vie familiale, la recherche d’un parrainage est l’une des réponses à développer.

  • mineurs qui ne peuvent provisoirement être maintenus dans leur milieu de vie habituel.
  • majeurs qui éprouvent des difficultés d’insertion faute de ressources ou d’un soutien familial.

Ils peuvent aussi dépendre d’établissements de soins, internats scolaires, sociaux éducatifs.
Il arrive également que le parrainage soit réalisé à la demande des familles elles-mêmes.

QUELLE FAMILLE PEUT PARRAINER ?
A la grande diversité des situations d’enfants à parrainer doit correspondre un large éventail de familles qui ont pour traits communs :

  • le désir de partager avec un enfant des moments de tendresse et de joie,
  • la capacité d’engagement de longue durée, afin de constituer le repère et l’élément de continuité nécessaire à l’enfant,
  • une grande disponibilité, de la persévérance,
  • de la discrétion
  • un esprit tolérant pour accepter l’enfant tel qu’il est, avec son vécu, et respecter sa famille naturelle,la cohésion du groupe familial (parents, enfants, proches) et une large adhésion de tous au projet de parrainage.


PROFIL DE LA FAMILLE
Il est souhaitable que la famille qui parraine constitue pour l’enfant une référence.
La présence d’autres enfants est souhaitable, mais pas toujours nécessaire.
Il faut cependant rechercher le profil de famille qui s’accorde le mieux au souhait de l’enfant et au projet éducatif, tout en tenant compte de diverses contraintes d’ordre médical et géographique.

CAS DES POSTULANTS A L’ADOPTION
Le parrainage ne doit, en aucun cas, être considéré comme un substitut à l’adoption pour les postulants.

C’est l’accueil bénévole, durable à temps partiel et parfois à plein temps, par une famille parrainante, d’un enfant ou d’un adolescent afin de lui apporter un soutien affectif, moral, matériel, dans le cadre d’un projet respectant sa liberté et les droits de sa famille d’origine.

Elle garantit la continuité de la relation avec un enfant qui a déjà souffert des situations instables qu’il a rencontrées.
Le parrainage doit s’inscrire dans la durée afin de permettre à l’enfant d’établir des repères axés sur un référent familial stable, et ce, dans le respect des droits de la famille et de l’enfant.

L’accueil à temps partiel permet l’intégration à un nouveau milieu familial. Cette forme d’accueil, qui s’inscrit dans un projet précis pour chaque enfant, crée des liens souples et éducatifs respectant les droits des parents ou de leurs représentants. L’accueil à plein temps peut être envisagé si cette modalité paraît mieux appropriée au cas de l’enfant.

LE PROJET EDUCATIF
Etabli par (ou avec) le responsable de l’enfant, il est fondé sur une action à long terme.
Le parrainage implique un examen attentif des perspectives d’évolution des relations de l’enfant avec le famille parrainante d’une part, avec ses propres parents d’autre part, ou d’autres membres de la famille, en liaison avec le référent chargé du suivi de l’enfant.

LA LIBERTÉ DE L’ENFANT
Chaque fois que cela est possible, le parrainage doit être engagé et poursuivi avec l’accord de l’enfant qui en a clairement exprimé le désir. L’enfant doit être en mesure de comprendre la situation et d’en assumer la complexité, ce qui suppose une soigneuse préparation par son entourage.

LE DROIT DES PARENTS
Le parrainage requiert l’accord ou l’avis des parents ou du représentant légal de l’enfant afin d’éviter toute situation conflictuelle qui serait douloureusement ressentie par l’enfant et pourrait compromettre sa bonne évolution.

QUI SONT LES ENFANTS CONCERNÉS ?
Il s’agit d’enfants, d’adolescents et de jeunes majeurs en difficultés familiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.